touch the stars go to hell

Invité
Anonymous
Invité
Edwardo tu gères pas. / Xun
le Sam 29 Juin - 23:33 #
"Edwardo tu gères pas"
look

Bourré. Bien comme il faut. Je suis HS. Je l’ai cherché. Je crois, j’en sais plus rien en fait. Mon pote parle à coté de moi mais c’est lui qui paie mes verres, il m’a fait relaxé, ce sont ses mots. Je sais pas si je suis relaxé mais j’ai envie de pisser en tout cas et … de là, ça fait loin. Mon cerveau fait le cheminement grossièrement alors que je suis avachi sur le comptoir, le nez presque contre mon verre large de whisky. Un relan d’alcool me fait penser que j’ai clairement trop et tout bu. Il résonne quand je donne un petit coup dessus avec mon index, chose qui n’arrive jamais quand il est plein. Non, quand il est plein ça sonne… bah plein. J’ai mis plusieurs secondes à faire cette constatation. On m’aurait pas rempli mon verre? Il est où le coupable. Encore, allez. Je tourne les yeux , oubliant ma pensée initiale d’analyse du chemin vers les chiottes pour voir que mon pote a déserté. Bug. Le siège est vide donc c’est bien qu’il est parti. Comme pour ôter le doute qui est pourtant flagrant, je pose ma main sur le siège, plisse les yeux, bloquant un énième hoquet d’alcool. On peut bien douter de l’intangibilité de son pote non? Des fois que l’alcool soit un agent pathogène permettant de passer d’une dimension à l’autre. Qui me croirait si je leur dis que j’ai trouvé un vortex sur un tabouret? Il existe pas en fait, il s’est vraiment cassé ce bâtard donc je sais même plus pourquoi je parle de ça. Mais j’ai toujours envie de pisser. Le chemin, oui c’est ça le vrai chemin de ma vie pour les 30 minutes à venir. Arriver à la zone du lâchage de vessie. Et c’est encore loin.  Je fixe. Encore. Et encore la porte des chiottes, en espérant qu’elle se rapproche, mais ça vient pas. Les films ça pue franchement toutes ces histoires de couloirs qui s’allongent et se raccourcissent. Personne veut me porter? C’est pas comme si je faisais quatre vingt cinq kilos avec ma prothèse. D’ailleurs vous avez déjà été bourré avec une canne? Elle est classe ma canne, pourquoi tu doutes! C’est pas un truc de vieux rhumatisé. ça se dit ça rhumatisé? Je me lève en cherchant dans un coin de ma tête, qui un jour s’est appelé dictionnaire, mais je suis pas sûr qu’il marche bien, sinon pourquoi je trouve le mot divorce à côté d’amputation à coté de sexe. Peut-être que le divorce m’a amputé mes envies sexuelles? C’est trop profond ce que je pense, je vais foutre le feu à ma propre tête. Je me suis levé.

Quand? Parce que je suis à un mètre de mon tabouret qu’on m’a déjà braqué, mais je sais même pas quand je me suis levé. Tout de suite. ça doit être ça. J’ai envie de vomir, ça tourne et j’ai aussi envie de… ah oui les chiottes. La céramique c’est soudainement ma nouvelle raison de vivre, et surtout parce que sans vessie on peut pas vivre et qu’elle va bientôt péter. Je me tiens à ce qui passe, non sans me faire grogner dessus. D’autres n’osent parce que j’ai la carrure et la canne. Je dois peut être faire mal si je frappe. Tiens faudra que j’essaie de dégommer un truc un jour avec pour en tester sa solidité. Dans mes bonnes résolutions même si on est pas le 1er janvier. En face de moi, après avoir passé la porte, se dresse un miséreux urinoir qui me parait tellement loin. Et c’est pas une torpille tête chercheuse Edwardo. Demain il aura un autre nom, mais ce soir, c’est Edwardo, j’ai aucun autre nom qui me vient en tête. Edwardo pisse droit ste plait, pas sur mes pompes, j’ai déjà eu assez de mal à refaire mon lacet tout à l’heure, y’avait trop de bouts, plus de deux en tout cas, ça aussi va falloir que je rectifie demain.

Je sors Edwardo et je trouve que y’a des courants d’air. Je vais chopper un rhume à ce niveau. Je me mets à chanter vive le vent, en corrélation incompris avec le vent, le blizzard, le père noel, je sais plus, mais je continue, et je m’arrête quand je me rends compte que le sapin me fout la gerbe. Je vais pas vomir ici, c’est pas fait pour, ça passera pas dans les trous. Je me retiens, pisse et je remballe tout ça en essayant de pas me la coincer mais je lâche le mur et penche en avant. Mon front me bloque au mur et je peux relocker le tout avec les deux mains. Le connard qui a inventé la braguette c’était pour éradiquer l’espèce humaine. Tu te la coinces une fois, plus jamais tu baises.

Je l’ai pas coincé, mais c’est pas pour ça que je baise remarque. C’est comme mes six lacets ça, je comprends pas pourquoi.  Faut que je baise. Comme il faut, le genre que tu veux plus ressortir tellement t'es bien, rester au chaud. Je me prends la porte des chiottes dans la gueule alors que je me retourne dans cette pensée existentielle. Réflexe, main sur le nez. Le mec me retient par le bras, je le regarde entre deux grognements. Je crois que j’ai plus envie de baiser et que j'ai mal. La sortie. Je boite, ma jambe vaut plus rien et vive le vent et revenu dans mon crâne… je suis sur que j'ai une marque sur la gueule, entre travers du front. Quand je trouve enfin la sortie, ma première pensée va au fait de trouver un endroit où dormir. Au bout du mur, y'a toujours un parc, je sais pas d'où ça vient mais tout le monde devrait le savoir ça. Tu suis le mur tu trouves un espace vert. J'avance donc dans ma quête, je vois entre mes mèches. Je tourne. Non pas là. Ici, oui, y'a du vert là. Pas de banc, mais du vert. Les voitures ne passent pas ça doit être un parc, un début. Un couple passe en se bécotant, je suis sûr qu'on est dans le parc. Je vais dormir là. Mon genou se plie juste après être rentré un peu sur l'herbe. Je finis allongé sur le dos, je vois pas les étoiles mais des branches d'arbre. C'est bien la preuve de la nature. Je ferme les yeux, somnolent, la nausée .... je sens un truc chaud et c'est pas mon front, lui j'ai juste encore bien mal et en touchant j'ai une bosse. Si demain c'est bleu, je vais être beau... enfin c'est pas un truc qui me vient à l'esprit pour le moment. Je redresse la tête, une main sur le haut du visage ou ote un doigt de mon oeil en voyant un chien me pisser sur le pied. PUTAIN mais les gens n'ont aucune éducation y'a des espaces pour ça !!!! Sauf ce que j'ai pas capté, c'est que lui, il est à la bonne place et c'est pas un parc où je suis. Pourquoi Edwardo me l'a pas dit...